Un projet d’observation participative de l’évolution du littoral à Lacanau

Lancement de CoastSnap Nouvelle Aquitaine dans 3 communes de la région : un projet d’observation participative de l’évolution du littoral

Le littoral de la côte Atlantique, et de l’ex-Aquitaine en particulier, subit les assauts des tempêtes qui traversent le Golfe de Gascogne et se retrouve parmi les littoraux français les plus vulnérables aux phénomènes d’érosion côtière et de submersion marine. Durant les périodes plus calmes, les conditions météo-marines peuvent également transformer très rapidement les paysages côtiers.

Comprendre et anticiper ces évolutions nécessitent une fréquence de suivi adaptée aux processus à l’oeuvre. Et il se trouve qu’une photo de plage prise régulièrement tout au long de l’année est un moyen de suivi précieux pour les scientifiques. C’est ainsi qu’est né ce projet régional de science participative, rattaché à l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine et qui sera déployé dans trois communes : Lacanau, Capbreton et Saint-Jean-de-Luz.

Inspirée d’une initiative australienne intitulée CoastSnap, cette démarche permet, en contrôlant l’angle de vue et le panorama depuis un point fixe, de constituer une base importante de photos pour observer l’évolution du littoral tout en sensibilisant les citoyens au caractère éminemment mobile de la bande côtière.

À travers les postes d’observation CoastSnap en Nouvelle-Aquitaine, le projet fournit un outil participatif et accessible à tous pour une meilleure connaissance et prise de conscience des évolutions du littoral.

L’initiative CoastSnap a été lancée en 2017 en Australie, sous la forme d’un projet pilote entre le laboratoire de recherche sur l’eau de l’UNSW (Université de Nouvelle-Galles du Sud) et le département de l’aménagement, de l’industrie et de l’environnement du gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud (NSW). Le projet pilote a consisté en la mise en place de deux stations CoastSnap sur les plages du nord de Sydney (Australie).

L’objectif de ce projet pilote était de développer des algorithmes permettant de cartographier l’évolution du littoral à partir d’images communautaires.

Aujourd’hui, le projet CoastSnap est déployé dans de nombreux pays du monde, notamment en Angleterre, Espagne, Portugal, Belgique, aux Pays-Bas, au Brésil, aux Etats-Unis, en Inde, au Mozambique…

Lacanau, Capbreton et Saint-Jean-de-Luz avant un déploiement sur d’autres sites…

Intéressées par ce système simple et innovant, les équipes de l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine ont décidé de réunir un consortium de partenaires locaux afin de développer le projet dans la région de Nouvelle-Aquitaine tout en s’inscrivant au sein du réseau international CoastSnap.

Financé dans le cadre du Programme opérationnel régional FEDER 2015-2020 (fonds européens) et avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, le projet réunit aujourd’hui l’expérience du BRGM et de l’Office national des forêts, tant dans la connaissance des évolutions du littoral aquitain à travers les travaux menés dans l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine que dans la mise en place de panneaux d’information et de sensibilisation, ainsi que celle du Centre aquitain des technologies de l’information et électroniques (CATIE) dans le domaine du numérique (architecture, structure, stockage de la donnée, traitement d’images, facteurs humains et cognitifs).

Le projet a une vocation expérimentale, avec le déploiement du système CoastSnap sur trois sites côtiers de la côte Aquitaine, en partenariat avec les collectivités locales de Lacanau, Capbreton et la Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud (MACS), ainsi que Saint-Jean-de-Luz et la Communauté d’agglomération Pays basque (CAPB). Les postes d’observation sont situés à :

– Lacanau-Océan : sur le belvédère (toit du poste de secours) au niveau de la plage centrale.
– Capbreton : sur la plage Santocha, à côté de l’héliport sur la dune dominant la plage.
– Saint-Jean-de-Luz : à Lafitenia, en sommet de falaise, au niveau du parking à côté du sentier du littoral.

L’objectif est d’installer dans les années à venir de nouveaux postes d’observation CoastSnap dans la région et ainsi améliorer la connaissance de l’évolution du littoral de Nouvelle-Aquitaine tout en favorisant une culture partagée des risques.

Comment devenir acteur du suivi du littoral et ainsi participer à une meilleure connaissance de cet environnement ?

Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable lors de sa prochaine sortie sur le littoral ? En passant à proximité d’un site équipé d’une station d’observation CoastSnap, le citoyen est ainsi invité à prendre une photo de la plage et à la partager via un formulaire dédié, par email ou depuis une application.

Ce cliché viendra enrichir une photothèque citoyenne du littoral. Par son analyse, il sera possible de mieux comprendre les évolutions de la côte à différentes échelles de temps.

Que devient la photo ?

Une fois la photo partagée, elle rejoint une banque de photos citoyennes qui sont comparées entre elles puis analysées par les scientifiques à l’aide de différents algorithmes de traitement d’images développés par les chercheurs du réseau international CoastSnap et l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine.

Grâce aux prises de vue de la plage répétées à partir du même point fixe, il est possible de suivre l’évolution dans le temps de la position du trait de côte, des variations du niveau de plage, de la végétation, etc. Ces informations contribuent à une meilleure compréhension de l’évolution de ces sites ainsi qu’à une gestion efficace et durable de nos plages.

A propos de l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine
Véritable réseau d’experts au service du littoral, l’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine est chargé de suivre l’érosion et la submersion sur le littoral régional. Le BRGM ainsi que l’ONF sont les porteurs techniques du projet, financé par l’Europe (FEDER), l’État, la Région Nouvelle-Aquitaine, les départements de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantique, le Syndicat intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA), le BRGM et l’ONF.

Le rôle de l’Observatoire est de mettre au service de l’ensemble des acteurs du littoral un outil scientifique et technique d’aide à la décision, à la gestion et à la prévention des risques côtiers.
L’Observatoire de la côte de Nouvelle-Aquitaine travaille en étroite collaboration avec le GIP Littoral et les universités de Bordeaux (unité mixte de recherche EPOC – CNRS), de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire SIAME), de La Rochelle (laboratoire LIENSs), le Cerema ainsi que le Centre de la mer de Biarritz (programme ERMMA).

L’enjeu : accompagner les stratégies de développement durable de manière à prendre en compte l’évolution morphologique du littoral et les richesses de son patrimoine naturel tout en s’adaptant au changement climatique.

Les actions de l’Observatoire sont multiples : mesures, suivis, expertises, diffusion des données et information… 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×