Sensation Région a fait sensation !

Du 23 février au 2 mars, retour sur cette édition réussie… dépaysement pour certains et retour aux sources pour beaucoup.

Pour ce voyage en 5 sens au cœur de notre région empreinte de traditions, le carnaval des écoles a ouvert le bal de cette édition dés le vendredi 15 février sous un beau soleil. Les enfants arborant des symboles occitans ont traversé le centre Ville de Lacanau, le hall de la Mairie sous le rythme entraînant des batucadas et des rires…

Emile Vignes (1896-1983), grand photographe* de la mémoire et des traditions, pendant toute la durée du « festival folklorique », a invité les visiteurs à un voyage à travers le temps grâce à une exposition riche de clichés de la vie d’antan dans les campagnes gasconnes, véritable témoignage et héritage de nos racines et de notre culture.

Le vernissage des cette exposition et le concert du groupe traditionnel ESTAcomposé de 3 musiciens Jean-Luc Monguagué (voix, guitare, tambourin à cordes et flûte d’Ossau), Jean Lagueyte (voix, guitare, guitare basse) et Erick Goaillard (voix, percussions, batterie) – ont attiré un large public à l’Escoure le samedi 23 février. Un buffet de dégustation de spécialités gasconnes a clôturé cette soirée festive.

Mercredi 27, au restaurant scolaire de l’Océan, l’atelier intergénérationnel autour de la confection du « Millas » animé par Christel, a ravi les papilles des gastronomes en culottes courtes sous un soleil digne des belles journées d’été et avec un thermomètre oscillant entre 24 et 28 degrés ! Pour un mois de février, un tel temps reste exceptionnel. Vrai régal à tous les niveaux…

Les Médiathèques de la ville et de l’Océan ont proposé des rencontres de personnalités emblématiques : Bernard Duporge, romancier canaulais de renom qui a présenté son oeuvre « Maria de la Lande » et son dernier roman. Par le biais de la fiction, il observe les modes de vie médocains aux XIX et XXème siècle. Egalement, Christian Coulon, notamment auteur du « cuisinier médoquin » pose sur le Sud-Ouest occitan un regard anthropologique. Deux façons différentes mais complices d’appréhender le Monde, les auteurs ont animé la soirée du 26 février autour de leurs œuvres respectives et d’anecdotes inédites avant un verre de l’amitié.

Des ateliers gratuits et ouverts à tous, comme la confection de moutons ou la création de bracelets-manchettes en laine feutrée colorée étaient organisés pour occuper les vacances des adolescents et enfants mais aussi faire plaisir aux plus grands qui ont pris part à ces moments d’art et de lâcher-prise.

La langue des troubadours, écrite ou parlée, reniée ou revendiquée s’est aussi révélée au Pôle de l’Aiguillonne à travers son histoire ou son identité via une exposition qualitative réalisée par les archives départementales. L’intérêt des curieux ou passionnés a été pleinement récompensé.

Enfin, des cours de chants et de langue occitane ont été proposés aux canaulais, cette rencontre a été chaleureusement initiée par l’Association passionnée Lacan’Oc et conduite par Albert Cassoux. 

Pour clôturer en beauté cette édition SENSATION REGION OCCITANIE 2019, la salle des fêtes samedi dernier a revêtu les couleurs de l’Occitanie pour accueillir les nombreux inscrits au repas typiquement gascon : garbure au camajo, poulet à la gasconne, tarte aux pommes flambée à l’Armagnac. Sur la scène, le groupe Parpalhon a créé une ambiance folle en quelques minutes grâce à des rythmes familiers et étonnants. Entre tradition et modernité, leurs instruments du Sud-Ouest se sont mêlés à ceux du rock, chants polyphoniques ou leur composition de textes modernes en langue gasconne en ont fait danser plus d’un !

A l’année prochaine pour un Sensation Région tout aussi surprenant et intense ! 

*Emile Vignes est un artiste hors-pair né dans les Landes, au cœur du Marensin. Il fut résinier puis épicier avant d’être le photographe passionné et reconnu des Landes, auteur notamment d’une importante collection de cartes postales. Il a su fixer par ses images, toujours en noir et blanc, la singularité quotidienne ou pittoresque, et bientôt touristique, de son pays natal et du littoral aquitain. Grâce à ses clichés mettant en lumière le quotidien des Landes de Gascogne de 1916 à 1950, il rend hommage à des traditions et à un mode de vie perdu : les bergers, les charbonniers, le gemmage, le travaux des champs et la bugade.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×